Les élixirs floraux du Dr Edward Bach


Lors de mes recherches passionnantes sur la vie, l'œuvre et les élixirs du Dr Bach, j’ai réalisé que pour une raison ou une autre, l’une de ses facettes principales, pour moi la plus brillante, restait plus ou moins dans l’ombre et que peu de personnes la connaissaient. Peut-être par prudence pour ne pas choquer dans cette société qui accorde plus de place au rationnel, à la matière plutôt qu’à l’esprit, au spirituel et à l’intuition. Bien sûr le Dr BACH était avant tout un homme de science, de talent, un grand chercheur, un grand médecin… spécialiste en chirurgie, bactériologie et immunologie, inventeur de plusieurs remèdes homéopathiques encore utilisés de nos jours. Mais c’était surtout un grand mystique, humaniste et profondément croyant. C’est pourquoi au sommet de sa gloire, médecin réputé du début du siècle à Londres, il abandonne sa carrière à la stupeur générale pour devenir médecin errant du sud de l’Angleterre au pays de galles pour se consacrer uniquement à ses recherches qui associent sa grande connaissance de la physiopathologie, son intérêt pour l’homéopathie et son amour fusionnel avec la nature, les arbres, les plantes et ses semblables qu'il a beaucoup observé pendant sa carrière hospitalière et pour qui il éprouvait une grande et sincère compassion. Dans l’oubli total de lui-même, il a placé toute son incroyable énergie dans l’unique but qu’il s’était fixé : trouver le moyen d’aider et de soulager son prochain, dans le respect des lois universelles en replaçant l’homme dans ses trois dimensions : physique, psychique et spirituelle et surtout. Âgé de 43 ans, il reprendra toutes ses recherches sur des bases complètement différentes, avec la certitude qu’il est sur le point de trouver un nouveau système de médecine. Il est convaincu que la véritable connaissance est accessible par la faculté que l’homme possède de voir et d’admettre les vérités simples de la vie et non par l’intellect.

« L’instinct est relié à l’univers, donc au monde vibratoire. La Nature ne demande qu’à collaborer à l’équilibre du corps et de l’esprit. Il existe de multiples façons de coexister avec ses facultés intuitives et sensitives. » Dr Bach

PRINCIPES DE SA METHODE DE GUERISON

Il arpente la campagne galloise et anglaise et apprend tout sur les habitudes et caractéristiques des plantes qui recèlent les propriétés qu’il recherche. Avec ses grandes connaissances homéopathiques (énergétisation, dilution et similitude), scientifiques et physiologiques, il passe des longues journées à observer les grandes variétés de plantes qu’il rencontre et note tout ce qui les entoure.  Le sol sur lequel elles poussent, la forme, la couleur, l’évolution de la fleur, du bouton jusqu’à la graine avait une grande importance pour construire son mode d’action.

Tôt un matin, en observant la rosée sur les plantes il réalise que chaque goutte posée sur les fleurs pourrait contenir un peu de leurs propriétés car les rayons du soleil agissant à travers l’eau pourraient servir à diffuser ces propriétés en imprégnant chaque goutte d’énergie magnétique curative.

Recueillir la rosée du matin semblait bien compliqué alors il créé son nouveau procédé de dynamisation : il prend délicatement quelques fleurs au moment de leur floraison maximale, les dépose dans un récipient de verre rempli d’eau de source recueillie sur place et expose le récipient au soleil, là où les plantes ont été cueillies. C’est la technique simple qu’il attendait depuis longtemps : la simplicité des choses fortes car le feu, la terre, l’air et le soleil s’unissent pour produire des guérisseurs puissants ! L’action thérapeutique des élixirs est issue des forces spirituelles de la terre et des planètes : « Les quatre éléments sont engagés : la terre qui pourvoit à la plante, l’air dont elle se nourrit, le soleil ou le feu qui la rend apte à communiquer ses pouvoirs et l’eau qui l’enrichit de ses bienfaisantes énergies vibratoires et curatives. Il faut ajouter à cela l’influence du préparateur et nous aurons un processus de nature alchimique »

Edward Bach choisit les plantes selon leur *signature ou selon son intuition. Il aura sélectionné et testé pendant une dizaine d’années des milliers de plantes pour n’en sélectionner que 38 qui correspondent aux 38 émotions qu’il a pu définir de manière très précise pendant toutes ses recherches et qu’il a classé en 7 grandes familles d’états d’âme.

L’action des fleurs choisies elle aussi est très claire : lorsque nous prenons une fleur de Bach, sa qualité d’être entre en résonance avec la même qualité en nous. Les fleurs nous aident à révéler les états émotionnels positifs car derrière chaque état négatif se trouve un état positif qui était tout simplement voilé.

« Pour que la fleur fasse effet, il faut que nous ayons besoin de la qualité qu’elle porte. C’est la manifestation du pôle négatif de cette qualité qui nous permet de savoir si nous avons besoin de cette fleur » ELPM

Mon rôle consistera à vous aider à comprendre le lien entre vos émotions et la maladie, à vous ouvrir à votre "être", à vous soutenir lors de l'épreuve de la maladie et à coopérer avec l'ensemble de vos  thérapeutes.